Le redressement de projet en TI est une activité que les entreprises effectuent à l’occasion, lorsque la situation le requiert.  Elle se produit habituellement lorsque les objectifs de qualité, coût et calendrier du projet sont clairement à risque ou lorsque la gouvernance du projet n’a plus la confiance de la direction TI de l’entreprise.

Nous verrons dans ce billet les raisons derrière le redressement de projet, son mode de réalisation et ses caractéristiques.  Enfin, nous terminerons par un point plus philosophique, où je présenterai le point de vue du gestionnaire de projet, ayant été dans les deux positions – redresseur et redressé ! – lors de ma carrière.

Ce qui amène une entreprise à initier un redressement de projet

On fait souvent référence au fameux triangle de performance en gestion de projet TI.  Celui-ci comprend les trois objectifs de tout projet TI :

  • Qualité (portée)
  • Budget (coûts)
  • Calendrier.

Le gestionnaire de projet met en place les activités permettant d’atteindre ces objectifs.  Ceci inclut notamment des activités de gouvernance sur différents plans: la portée, les risques, les enjeux, etc.

Tout dépendant de la taille de l’organisation, le portefeuille des projets TI est également géré à un niveau un peu plus supérieur. On surveille un certain nombre d’indicateurs clés de performance pour chacun des projets.

Les projets qui font l’objet d’un redressement sont ceux qui ont été dans le rouge au niveau de plusieurs indicateurs et ce, pour plusieurs semaines de suite. Par exemple, un projet pour lequel on anticipe des dépassement de coûts majeurs et dans lesquels la relation avec le client est tombé dans un gouffre, on initiera un redressement.

On peut résumer le tout assez simplement: la direction TI n’a plus confiance au gestionnaire de projet et la gouvernance et un coup de barre s’impose!

Quels types de projets peuvent être redressés?

Le redressement de projet peut s’appliquer à tous les types de projet: n’importe quel projet applicatif, par exemple l’implantation d’un ERP, les projets de commerce électronique, etc. Les projets web et mobile sont également sujets à un redressement.

N’oublions que le principal déclencheur est que l’atteinte des objectifs est mise en péril.

Le déroulement du redressement

Le redressement d’un projet se déroule typiquement en trois phases. En voici un bref survol.

Pré-intervention

Lors de la pré-intervention, on introduit le mandat et le contexte à la nouvelle gouvernance (le nouveau gestionnaire de projet). C’est souvent une étape où plusieurs discussions de corridor ont lieu, de même que des réunions secrètes.

On convient d’un plan d’action précis à mettre en place.

La phase de pré-intervention est relativement courte, de une à deux semaines.  Peut-être un peu plus pour des projets majeurs.

Intervention

Lors de l’intervention, c’est là qu’on débute l’exécution du plan d’action.  Habituellement, on remercie, remplace ou on transfère le gestionnaire de projet.  On pourra également remplacer ou remercier plusieurs membres de l’équipe de projet (personnel TI ou des lignes d’affaires).

Le nouveau gestionnaire de projet se présente à l’équipe et annonce ses couleurs en présentant son approche de gouvernance et les mécanismes mis en place.  Typiquement, des mesures strictes de contrôle de la portée sont annoncées et mises en place.

La phase d’intervention est également courte, on parle de deux semaines au plus.

Stabilisation

Lors de cette phase, les actions déterminées dans le plan ont été pour la plupart réalisées et on s’affaire alors à poursuivre le projet avec les nouveaux mécanismes mis en place lors du redressement.

Cette phase dure tant et aussi longtemps que le projet a lieu.

Le redressement, avant tout une mesure d’exception!

Le redressement est avant tout une mesure exceptionnelle.  Normalement, les mécanismes de gouvernance devraient déclencher des actions correctrices bien avant qu’on se retrouve en redressement.

En effet, c’est lors des revues de portefeuilles de projets TI que des signaux d’alarme doivent normalement être déclenchés.

La majorité des cas de redressement que j’ai vus étaient initiés suite à une situation où le projet n’était pas sous le radar pendant longtemps.  Un aperçu des raison expliquant ceci:

  • Budget initial trop limité.
  • Projet considéré non-stratégique.
  • Gestionnaire ne portant pas assez attention à ses dossiers.
  • L’entreprise a d’autres priorités jugées plus importantes.

Et le gestionnaire de projet TI dans tout ça?

Durant ma carrière, il m’est arrivé de procéder au redressement de certains projets mais l’inverse m’est également arrivé: on m’a annoncé qu’un autre gestionnaire de projet allait prendre ma place.

C’est souvent une annonce très difficile à recevoir alors comment vit-on cette situation?

Pour bien vivre avec une telle situation, il faut d’abord chercher à identifier les lacunes de notre gestion et les causes fondamentales de la situation dans laquelle on s’est retrouvé.

On arrivera à se faire une liste des différentes causes possibles.  Un certain nombre seront directement liées à des lacunes de gestion mais on prendra conscience aussi du fait que plusieurs facteurs étaient probablement complètement hors de notre contrôle: client difficile, mentalité selon laquelle les TI sont là pour prendre et exécuter des commandes, faible disponibilité des ressources affaires, mauvaise communication entre plusieurs parties prenantes, etc.

L’acceptation de la situation passe par le constat que :

  • On a eu des lacunes comme gestionnaire de projet et on sait comment les éviter dans le futur.
  • On a changé la gouvernance du projet pour mieux gérer les facteurs considérés comme hors-contrôle. On a donc simplement mis en place une personne ayant un meilleur fit pour la position.

Le plus important, c’est de ne pas le prendre personnel. On deviendra un meilleur gestionnaire de projet quand on aura pris conscience de nos lacunes et qu’on saura comment s’améliorer pour le futur.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, le redressement de projet TI est une activité ponctuelle qui est réalisée lorsque nécessaire. Elle vise à ramener un projet sur les rails, de sorte que l’entreprise pourra retirer les bénéfices attendus ou, à tout le moins, une partie de ceux-ci.

Il y a bien sûr un aspect technique aux redressements mais le plus important selon moi, pour le gestionnaire pris au centre du redressement, est d’en tirer des leçons et de tourner la page.  Sinon, il pourrait conserver quelques séquelles pour la suite de sa carrière et être vulnérable…

Autres références

Je vous invite à consulter les sources suivantes, elles m’ont été particulièrement utiles lors de ma réflexion précédant la rédaction de ce billet.

Cet article a été écrit par le fondateur de Brome Conseil, Simon Chamberland. Œuvrant dans le milieu des technologies de l’information depuis 1995, il possède une vingtaine d’années d’expérience en technologies de l’information et gestion. Notez que cet article a d’abord été publié sur le blogue de la firme Brome Conseil.